Balam Sosso Tchamdja

Soutenir les Togolais dans leur virage numérique

Avec ses 200 millions de personnes âgées de 15 à 25 ans et sa classe moyenne qui se développe à un rythme soutenu, l’Afrique représente un terreau fertile pour le développement des télécommunications. Mais, comme partout ailleurs, il y a des obstacles. En Afrique, le taux d’analphabétisme est important et le taux de bancarisation est faible. L’économie informelle règne donc en maître.

Cela ne rebute pas Balam Sosso Tchamdja, un diplômé de la maîtrise en télécommunications, qui travaille très fort pour que son pays d’origine, le Togo, tire profit de l’économie numérique. Et pour y arriver, il mise sur plusieurs fronts : l’éducation, le développement des affaires et la création d’entreprises innovantes.

Curriculum vitae

Parcours universitaire

  • Maîtrise en administration des affaires (MBA), Université Laval (2015)
  • Maîtrise en sciences politiques, droit international et politique internationale, Université du Québec à Montréal (2013)
  • Maîtrise en génie, concentration en réseaux de télécommunications, École de technologie supérieure (2010)
  • Baccalauréat en sciences informatiques, Institut africain d'informatique (2007)

Expérience de travail

  • MM Technology Inc. - Président et chef de la direction (mai 2014 à aujourd’hui)
  • Ericsson Inc. - Verification Engineer (mars 2012 – avril 2014)
  • Ericsson Inc. - Services Professional (février 2011 – mars 2012)
  • Ericsson Inc. - Project Support Analyst (décembre 2009 – mars 2011)
  • École de technologie supérieure - Consultant - Unified Communications and IP Telephony (mai 2009 à octobre 2009)

Mieux outiller les jeunes Africains


Partageant son temps entre Montréal et le Togo, Balam est consultant auprès du ministère des Postes et de l’Économie numérique togolais, où il cherche à faire pénétrer les technologies de l’information et des communications davantages dans le milieu de l’Éducation.

Servir d’intermédiaire entre la population et les commerçants


Balam est aussi président et chef de la direction de MM Technology Inc., une entreprise qu’il a fondée en 2014, à Montréal, qui développe des solutions de paiement mobiles adaptées au contexte africain. « Le taux de bancarisation des Africains varie de 5 à 10 %. Cela signifie que la majorité de la population est exclue du système bancaire et qu’elle ne peut pas réaliser de transactions en ligne, ce qui nuit grandement au développement des économies africaines en pleine mutation vers le numérique», explique Balam. Avec sa solution de portefeuille mobile, il compte servir d’intermédiaire entre la population et les commerçants.

Parallèlement à tous ces projets, Balam aimerait aussi aider les jeunes entrepreneurs africains à lancer leurs entreprises. Il réfléchit actuellement à un projet d’incubateur.

Les études supérieures : trois fois plutôt qu’une!


Balam est non seulement titulaire d’une maîtrise en télécommunications de l’ÉTS, mais aussi d’une maîtrise en science politique et d’une autre, en administration des affaires. « Mes études de maîtrise m’ont permis d’approfondir ma connaissance et ma vision globale des enjeux sociaux, ce qui m’aide quotidiennement dans mon travail de consultation », explique-t-il. Quant à sa maîtrise en génie, elle lui a permis de faire des ponts entre l’informatique et les télécommunications.

À brûle-pourpoint

1
Que recherchez-vous chez un employé?
Une personne persévérante, qui ne courbera pas l’échine au premier problème.
2
Quels conseils donnez-vous aux étudiants qui entreprennent des études de maîtrise?
C’est bien qu’ils aient une idée de ce qu’ils veulent faire avec leurs études de maîtrise. Ça leur permettra de mieux choisir leurs cours et leur projet de recherche. Dans mon cas, je m’intéressais à la mobilité en télécommunications. J’ai donc orienté mes lectures, mes travaux et mes cours vers ce sujet.
3
Qu’est-ce qu’une maîtrise apporte sur le marché du travail?
Elle m’a apporté une ouverture d’esprit et la capacité de faire des ponts entre différents enjeux sociaux qui doivent être au cœur du métier d’ingénieur.
4
Qu’est-ce qui vous motive?
Les solutions concrètes et compatibles avec le contexte africain.

Joignez-vous à eux :

Passez au niveau
supérieur

S'inscrire Partager